Debout Les Pauvres

Ensemble formons un collectif citoyenneté afin de réagir au sacage du pays mené par une politique qui oublie que la richesse accumulée par des années de travaux, ne peut se faire sans nous, prenons en main notre destin et refusons l'ineluctable.

24 octobre 2009

c'est quoi le socialisme

Bonsoir à tous
nouvelle section certes avec tout mon soutien à condition de garder nos valeurs fondamentales ,qui sont avant tout républicaines ,humaines , sociales et principalement sans discriminations

Trouve-t-on encore un intérêt à lire Jaurès ? Avons-nous encore besoin de lui, de ses explications, de ses analyses et de ses propositions

Ma publication est destinée à tous les militants ouvriers qui pensent que le socialisme est encore une réponse aux questions de l’époque, qui ne pensent pas que le capitalisme est un horizon indépassable, qui par conséquent ne sont pas à la recherche d’un quelconque post-capitalismepost-capitalisme, et qui se posent toujours les questions fondamentales du socialisme : quelle unité, comment y parvenir, avec qui, sur quel programme ?

Certes on peut dire, comme nombre de gens qui s’auto-proclament gardiens de la mémoire d’un Jaurès momifié, que « ses leçons sont aujourd’hui plus que jamais d’actualité », et n’en tenir aucun compte. Ce n’est pas le cas de cette relecture, enracinée dans les problèmes du temps : mes arguments sans négliger de répondre aux mensonges et aux prétentions de Sarkozy, répondent avant tout aux interrogations de tous ces militants qui se demandent pourquoi la gauche est dans cet état et pourquoi la grève générale n’a pas encore déferlé sur notre pays. je m'interroge sur les solutions possibles malgré la crise de la représentation politique : rupture avec l’Union Européenne, Constituante, existence des partis, indépendance entre partis et syndicats…

Certains rejoignent directement le gouvernement Sarkozy en devenant ministres d’ouverture, d’autres y pensent très fort. Quelques uns et non des moindres (Rocard) lui rendent le service éminent de proposer des réformes dont le gouvernement n’aura pas à endosser l’impopularité, des réformes aussi contraires aux intérêts ouvriers que celle du nouvel impôt carbone. D’autres encore qui se disent socialistes lui préparent une réforme des collectivités territoriales qui est une atteinte directe à la démocratie et à la République. Et tous ces gens, qui ont supprimé toute perspective de socialisme dans les statuts de leur parti, envisagent même maintenant d’abandonner son nom. A toute cette gauche « moderne » Jaurès et moi répondrons toujours : « C’est parce que je suis socialiste que je suis républicain. Sans la République, le socialisme est impuissant. Sans le socialisme, la République est vide. » Jaures et moi Nous leurs disons qu’ils préparent une République du vide ? Et que la République a horreur du vide ?

Raymond Hottin

Posté par deboutpauvres à 22:55 - Socialisme - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire