Debout Les Pauvres

Ensemble formons un collectif citoyenneté afin de réagir au sacage du pays mené par une politique qui oublie que la richesse accumulée par des années de travaux, ne peut se faire sans nous, prenons en main notre destin et refusons l'ineluctable.

03 novembre 2009

Le maitre et le laquais sont déchainés

Bonsoir
Le Président de la République (sa majesté)présente le deuxième plan Cancer, alors que le premier plan initié par J.CHIRAC vient d’être épinglé par la Cour des Comptes. A peine un tiers des mesures ont vu le jour.

Je regrette qu’une fois de plus la recherche soit encore très peu privilégiée. De vrais investissements en ce domaine montreraient une politique volontariste.

Comment faire de la lutte contre le cancer une priorité nationale, alors que des lits sont fermés tous les jours dans les hôpitaux ?!, que le manque de personnel soignant n’est plus à démontrer…

Comment le roy en vieux françois peut-il dire qu’il veut se «mobiliser pour ceux qui souffrent de la maladie dans leur corps… » alors qu’il veut mettre un terme aux ALD (affection de longue durée) (article 29 du projet de loi pour le financement de la Sécu (PLFSS)) ; dès lors qu’un patient qui n’a plus de traitement lourd depuis cinq ans sortira d’office du dispositif d’ALD ?
Le vrai cancer c'est lui ,et nous allons lui appliquer la chimio qu'il mérite en 2012
Et pourquoi pas avant?

Il y a le fou de basson qui est un très bel oiseau
Nous on a le fou de besson qui est un drôle d'oiseau
Un pays qui vend des armes à des pays qui font la guerre, qui commerce avec des dictatures, qui refuse de regarder en face son rôle d’esclavagiste responsable du retard économique de ses anciennes colonies. L’identité nationale c’est une xénophobie sans cesse renouvelée mais discrète qui perdure au fil du temps et sert de bouc émissaire en temps de crises, crises provoquées par l’incompétence de gouvernements incapables d’assumer leurs erreurs politiques. L’identité nationale ce sont les étrangers qui font le sale boulot, les patrons qui les exploitent, les riches qui les asservissent.
C’est aussi la violence dans les banlieues, bien compréhensible aux vues de l’abandon complice des gouvernements successifs, qui utilisent cette violence pour jouer sur la peur des citoyens, et qui leur permet de faire passer des lois sécuritaires inacceptables.
Non, monsieur Besson, il n’y a plus d’identité nationale. La nation n’existe plus, car elle est à l’opposée de l’humanité. les Français sont les seuls à croire encore qu’ils sont une nation, mais en réalité la France n’est rien d’autre qu’une vieille personne ne voulant pas se résigner à partir. Si on mettait tous les « étrangers » à la porte, il ne resterait en fait de nation française qu’un petit îlot perdu au milieu d’un océan qui l’engloutirait bien vite. Peut-être pourra-t-on faire croire encore un peu que les Gaulois sont nos pères, mais de plus en plus savent aujourd’hui que même les Gaulois n’étaient pas français. Alors après cela, comment parler d’identité nationale
Bonne soirée
R Hottin

Posté par deboutpauvres à 21:23 - identité nationale - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire