Debout Les Pauvres

Ensemble formons un collectif citoyenneté afin de réagir au sacage du pays mené par une politique qui oublie que la richesse accumulée par des années de travaux, ne peut se faire sans nous, prenons en main notre destin et refusons l'ineluctable.

05 novembre 2009

l'extreme gauche et son pauvre facteur

Bonsoir
24h dans la roue du facteur révolutionnaire à l’occasion du 1er mai
6h du matin. Le soleil d’avril me cueille dans ma literie de satin rose. Je me lève, je bouscule ma compagne qui travaille dans le monde de l’édition, qui ne se réveille pas. Comme d’habitude. Depuis la fenêtre de mon appartement je vois le jour envelopper le Sacré Cœur. C’est magnifique. Car oui, j’habite à Montmartre, qui est connu pour être un village ouvrier en plein cœur de Paris.
7h10. Mon chat angora, dénommé « Pinochat », ronronne au pied du lit. Depuis la table de la cuisine je contemple un poster de Ché Guevara, qui était un grand industriel spécialisé dans les t-shirt fantaisies, tandis que passe lentement mon café bio-équitable acheté chez Monoprix. Une odeur de subversion monte dans la cuisine, tandis que j’entends des boueux issus de l’immigration ramasser bruyamment mes ordures dans la rue.
8h15. Par hasard, et pas rasé, je décide de sortir dehors pour m’acheter quelques journaux et des croissants. Dans mon peignoir rose, marqué d’un écusson « Vélo-Club de Neuilly », j’achète Le Figaro et L’Humanité à mon kiosquier maghrébin. Plus quatre croissants, à ma boulangère bretonne de souche. Deux croissants pour ma compagne, deux pour moi. De retour chez moi je jette immédiatement le Figaro dans le vide ordure, et mange les quatre croissants. Ma compagne dort toujours. Tant pis pour elle. L’avenir est à ceux qui se lèvent tôt.

9h30. Pinochat traîne dans mes pattes. Il veut son ronron. Je l’enferme dans les toilettes. L’Humanité prend courageusement la défense des salariés opprimés, et prolétaires, de l’industrie immorale qui séquestrent courageusement leurs patrons-voyous. J’abonde. Je lis aussi l’éditorial particulièrement bien senti qui dénonce le capitalisme, et prévoit sa fin prochaine. Je branche ma radio sur Skyrock, la « radio rap », car j’aime beaucoup le rap, qui est la musique de tous les damnés de la terre, et notamment des jeunes des cités. Je me sens proche d’eux, car je les ai vu parfois à la télé sur TF1.
10h30. Parc Monceau 8ème arrondissement, Paris. Je me ballade au Parc Monceau avec ma compagne. Comme j’ai fait croire à tout le monde que j’étais facteur, nous y allons en vélo. Moi sur la selle et elle dans le porte bagage. J’adore le Parc Monceau, car je suis certain de ne pas y croiser trop de vrais ouvriers, et puis j’ai beaucoup d’amis dans le quartier. Comme c’est le 1er Mai, fête du Travail, nous cueillons des brins de muguet. J’aime commencer ma journée ainsi. Je chante d’ailleurs le chant révolutionnaire « Bella Ciao » en tenant la main de mon amie, qui rougit de cette attention délicate.
Midi. Je laisse mon vélo des PTT à ma femme, pour qu’elle rentre à la maison, afin de faire les courses et un peu de ménage. Je m’engouffre dans un taxi Mercedes. On m’attend dans les studios de RTL, rue Bayard, pour une interview à l’occasion du 1er Mai. Comme je suis un garçon délicat, je porte une couronne de muguet dans mes cheveux abondants. On m’interroge évidemment sur la radicalisation des mouvements sociaux. Je dis des phrases du genre : « Entendez-moi bien, je suis contre la violence, mais parfois la séquestration est le seul moyen de se faire entendre pour les travailleurs…. » Pour ne pas oublier que je suis un postier je l’ai écrit au creux de ma main. Ainsi, je dis parfois : « Vous savez, moi, à La Poste… » Visiblement j’amuse un peu les journalistes de RTL, qui sont très heureux de me recevoir à leur micro. Car je sais bien que ma présence est un gage d’audience. Comme celle de la chanteuse Lorie ou de la sportive Laure Manaudou. On ne me laisse pas partir sans me faire dire quelques horreurs sur Nicolas Sarkozy, qui est, naturellement, le pire ennemi proto-nazi de la démocratie après la grippe du porc, l’article 49-3 et les éditos d’Eric Zemmour.
13h. Je fais une brève apparition en tête des cortèges syndicaux des défilés du 1er Mai. Je retrouve mes potes syndicalistes de la CGT, de FO et de la CFDT. En fait je les déteste. Ils ne savent pas ce qu’ils font avec les travailleurs, et en plus ils ne sont pas beau comme moi. Quand les cameramen et les photographes se lassent je quitte les lieux…
14h. Bureaux de la LCR. Après un repas prolétarien composé d’un sandwich aux merguez acheté chez un « Kebab halal », ainsi que d’une canette de bière sans alcool, je me rends dans les locaux de la LCR dans le 12 ème arrondissement. Je dois retrouver mon papa Alain Krivine, pour parler de l’avenir du Nouveau Parti Anti-Capitaliste. Alain Krivine est un peu comme Trotski pour moi. Je l’adore. J’ai même un portrait de lui dans mon portefeuille. Alain me reçoit très amicalement dans son bureau. Il se cure les dents avec un grand couteau de l’armée du genre Rambo. Les plus malintentionnés pourraient vraiment croire qu’il a un couteau entre les dents. Il me dit : « Tu vois, junior, il faudrait vraiment profiter de la crise pour faire avancer nos idées… Nous devons continuer à noyauter les syndicats pour les inciter à commettre des actions violentes. Les médias adorent ça ! De l’action bordel ! » Je bois ses paroles, en prenant des notes sur mon carnet à spirales « Clairefontaine », acheté chez Monoprix, avec mon Bic.
16h15. Ma compagne me téléphone sur mon Blackberry Orange. Elle souhaite savoir ce que je veux manger ce soir. A l’occasion de la Fête du Travail, et pour saluer le dur labeur ouvrier à travers le pays, elle suggère l’achat d’une bouteille de champagne de qualité. Je l’invite aussi à prendre des blinis et du tarama. C’est aujourd’hui un grand jour pour les précaires !
17h45. Je rejoins des camarades syndicalistes, ouvriers et anti-capitalistes qui occupent leurs usines en proche banlieue parisienne. Pour m’y rendre rapidement la LCR a loué un hélicoptère de luxe, plaqué or et aux sièges en cuir pur porc. L’appareil atterrit dans la cour de l’usine. Je suis accueilli en triomphe par les leaders syndicaux de l’entreprise. Comme je suis un garçon bien élevé je remets à mes hôtes un gentil bouquet de muguet. Ils me présentent bien vite les salauds de patrons qu’ils retiennent en otage. Ils ne sont pas beau à voir dans leurs complets-vestons bourgeois. Ils ne sont pas enchaînés mais n’ont pas le droit de sortir de leurs bureaux, fermés de l’extérieur. Je leur lance : « Vous n’avez pas honte, Messieurs les patrons, de vouloir fermer cette usine ? C’est immonde ! Vous ne l’emportez pas au paradis ! » Après avoir signé quelques autographes, je retourne sur Paris en hélicoptère. J’ai bien noté la présence d’une demi-douzaine d’équipes de télévision. C’est très satisfaisant.

19h10. Champ de Mars, Paris. J’ai rendez-vous avec une équipe de I Télé. Pour le 1er Mai la chaîne d’information continue veut me filmer en train de vendre du muguet à la population. Les images sont magnifiques. La Tour Eiffel, en arrière plan, est frappée par une lumière bouleversante. Quelques passants, intrigués par l’équipe de tournage, viennent m’acheter du muguet. Je discute de la Fête du Travail avec plusieurs parisiens. C’est amusant. Cela fait des semaines que je n’ai pas travaillé pour de vrai. Je ne vois pas vraiment à quoi cela peut servir. Et c’est bien comme ça.
22h. Montmartre. Je retrouve enfin Pinochat et ma chère compagne. Home sweet home ! Revoilà mon poster du Ché Guevara et ma literie en satin rose. Je mets un disque de Jean Ferrat sur la platine. « Dieu que la Montagne est belle ! » Le Sacré cœur aussi ! Ma compagne sert le champagne avec un sourire enjôleur. Le chat ronronne à mes pieds.
Minuit. Avant de rejoindre le Dunlopillo conjugal je réponds à quelques mails anti-capitalistes et amicaux en sirotant un verre de Cognac de grand caractère. Alain Krivine, qui m’a vu à la télé, m’écrit gentiment : « Très bien, petit, continue, on les aura ! » Clémentine Autain m’écrit : « Kiss, mon grand loup ! » Nicolas Sarkozy, et son épouse, m’invitent à une « party » mondaine, sous huitaine. Un journal masculin me propose de poser totalement nu en couverture, avec mon intimité cachée seulement par ma gibecière de postier. C’est tentant. Les gains me permettront certainement de faire avancer la cause ouvrière. Je rejoins finalement le lit conjugal, non sans avoir séquestré le brave Pinochat dans un placard. Je m’endors dans un nuage sincère de contentement…
Bien réfléchi restons socialistes
Bonne soirée
R Hottin

Posté par deboutpauvres à 21:28 - extréme gauche - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire