Debout Les Pauvres

Ensemble formons un collectif citoyenneté afin de réagir au sacage du pays mené par une politique qui oublie que la richesse accumulée par des années de travaux, ne peut se faire sans nous, prenons en main notre destin et refusons l'ineluctable.

01 novembre 2010

La Poste : attention danger !

Chers(es) camarades
La Poste : attention danger !
Article d’Yves Mescoff
Mis en ligne le 30 octobre 2010

Depuis quelques jours un accord entre la Poste, l’État et la CDC a vu le jour concernant l’augmentation de capital prévue par la loi qui a transformé la Poste en société anonyme. Les 2,7 milliards promis ont été actés (1,2 milliard par l’État, 1,5 par la CDC) mais pas dans les conditions dont rêvait Jean-Paul Bailly, le président de la Poste, candidat à un troisième mandat.

En effet, cette augmentation de capital se fait à travers une sous-estimation évidente de la valorisation de la Poste (3 milliards au lieu des 9 milliards nets espérés) permettant ainsi à la CDC de disposer de 26,3 % des parts du capital, de 3 ou 4 sièges d’administrateurs et d’une minorité de blocage.

De quoi susciter la crainte du personnel de la Poste. Il y a quelques mois, M. de Romanet, directeur général de la CDC, a en effet estimé que « certains engagements en matière sociale devaient être placés sous l’égide de la rigueur ». M. de Romanet vise en effet 8 % de rendement. Cela signifie encore plus de fermetures de bureaux de poste, moins de services publics et de personnels pour les usagers, plus de services payants à la carte pour les « clients » !

Cela alors que la Poste va devoir faire face à une concurrence accrue, notamment dans le domaine du courrier, à compter de janvier 2011. Et que le courrier subit une érosion qui va en s’accélérant, victime des nouveaux comportements des entreprises et des particuliers qui préfèrent utiliser d’autres moyens de communication comme Internet. A tel point que certains parlent de la disparition du courrier à l’horizon 2030...

Et à un moment où les suppressions d’emplois prévues d’ici 5 ans vont être massives : non- remplacement d’un postier sur 5 partant à la retraite, suppressions de CDD, incitation du personnel à rejoindre d’autres fonctions publiques ou à créer une entreprise ...

Certes, il y a la Banque Postale, aujourd’hui premier fleuron de la Poste, dont elle est une filiale. La Banque Postale qui déploie ses activités tout azimut : assurance dommage, crédit à la consommation, on parle même de crédit aux PME.

Mais la Banque Postale pourrait bien être la cible principale de la CDC. Et le possible rapprochement avec Dexia, ex-crédit local de France, aujourd’hui banque franco-belge où les investisseurs publics sont minoritaires, a de quoi inquiéter. Outre que le capital de Dexia renferme des créances douteuses, cela risquerait de se traduire par des suppressions d’emplois, une fermeture accélérée de bureaux de poste et par des changements stratégiques dont la Poste ne serait sans doute pas la grande gagnante.

On le voit, les craintes exprimées par le Comité contre la privatisation de la Poste s’avèrent fondées.

D’autant que cet accord avec la CDC va devoir être soumis à l’approbation de la Commission européenne, qui pourrait bien estimer qu’il y a aide d’État et exiger des contreparties comme la privatisation au moins partielle du capital.

Quand on fait entrer le loup dans la bergerie, il ne faut pas s’étonner de voir disparaître quelques moutons. Sauf, qu’en l’occurrence, les moutons, ce sont des femmes et des hommes.

Bien fraternellement

Raymond Hottin

Posté par deboutpauvres à 12:39 - Secteurs - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire