Debout Les Pauvres

Ensemble formons un collectif citoyenneté afin de réagir au sacage du pays mené par une politique qui oublie que la richesse accumulée par des années de travaux, ne peut se faire sans nous, prenons en main notre destin et refusons l'ineluctable.

08 décembre 2010

Lettre de Mme Karen Taïeb aux dirigeants de l’hôpital St-Antoine (Paris)

RESISTANCE SOCIALE

Lettre de Mme Karen Taïeb aux dirigeants de l’hôpital St-Antoine (Paris)
Karen Taïeb est conseillère de Paris et présidente de la Commission de Surveillance de l’hôpital St-Antoine
Mis en ligne le 8 décembre 2010

Karen TAIEB

Conseillère de Paris

Conseillère du XII° Arrondissement

Présidente de la Commission de Surveillance de l’Hôpital St Antoine

Paris, le 6 décembre 2010

Monsieur le Directeur de l’Hôpital St Antoine

Cher Monsieur Didier Hotte

Cher Professeur Jean-Claude Petit,

J’ai bien reçu votre invitation pour le 10 décembre 2010 et je vous en remercie.

Mais sauf le respect que je vous dois et le bon souvenir de nos Commissions de Surveillance qui se sont toujours déroulées avec une grande liberté de ton et de parole, je ne serai pas des vôtres pour le verre de l’amitié ou la coupe de champagne en cette période où l’APHP vit des heures troubles.

La politique de restructurations de l’Hôpital, la suppression de milliers d’emplois, le transfert de services et la suppression de lits me laissent en effet un goût amer.

Au cours de nos commissions que j’ai eu l’honneur de présider, j’ai à plusieurs reprises dénoncé la fermeture visiblement programmée de la maternité de St Antoine et celle du centre IVG bafouant le droit des femmes à disposer de leur corps.

Pour quelle raison insiste-t-on pour fermer une maternité de niveau 2 alors que 2500 enfants y naissent chaque année ? Même question pour le démantèlement du célèbre hôpital parisien pour enfants Armand-Trousseau, et le transfert des spécialités pédiatriques à Necker et Robert-Debré.

J’ai également dénoncé les difficultés pour le personnel soignant auquel on demande toujours plus, leurs conditions de travail et l’inquiétude des patients devenus clients.

Les craintes sont légitimes tant du côté des personnels qui vont être ballotés d’un service à un autre, d’un hôpital à un autre, que du côté des patients qui ont dénoncé les fermetures de service..

Devant cette politique qui consiste à déshabiller St Antoine, pour habiller Tenon, Trousseau ou l’inverse, je voudrais surtout dire à l’aube de cette nouvelle année mon inquiétude pour le devenir de l’APHP.

Pour toutes ces raisons, je ne serai pas des vôtres vendredi 10 décembre pour « fêter » notre « dernière commission de surveillance ».

Permettez-moi de vous souhaiter à vous ainsi qu’à tous les membres de la Commission une année 2011 de Santé et de Bonheur et de rendre hommage à celles et ceux qui à l’APHP donnent sans compter de jour comme de nuit pour accueillir, accompagner, soigner, écouter, guérir, sauver des vies et faire vivre un Hôpital pour tous à Paris.

Cordialement

Karen TAIEB

 

Posté par deboutpauvres à 19:08 - Santé - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire