Debout Les Pauvres

Ensemble formons un collectif citoyenneté afin de réagir au sacage du pays mené par une politique qui oublie que la richesse accumulée par des années de travaux, ne peut se faire sans nous, prenons en main notre destin et refusons l'ineluctable.

16 décembre 2010

Honte à eux (rappel)

Chers(es) camarades

Face à la perte du pouvoir d'achat, beaucoup de retraités, dans des situations précaires arrivent à des extrémités impensables auparavant.

La France, ce pays ou il fait bon vivre, ou il faisait bon vivre, ils n'ont plus les moyens. certains de nos  retraités qui rêvaient d'une retraite faites de voyages, de restaurants ou de théâtres avec les amis. Aujourd'hui, ils déchantent et se disent que leurs parents se sont battus pour rien. Qu'eux ne se sont pas assez battus et que les jeunes générations doivent prendre exemple sur eux pour ne pas se faire flouer comme ils se sont fait flouer..

800 000 retraité en France vivent sous le seuil de pauvreté : 817 euros par mois et ils sont bien plus à souffrir.

Il faut  leur donner les moyens de vivre avec décence, ils ont travaillé pour notre pays. On ne prend pas sa retraite pour faire des voyages, certes, mais un peu d'humanité pour ces personnes qui ont été les personnages centraux de la dernière campagne présidentielle. Ou sont les promesses. Jeunes souvenez vous de ces promesses pour les retraités et imaginez vous à leur place dans quelques années.

Ce petit poème est tout à fait d'actualité 

- Oh ! La ! sieur Paul Hamploit, avez-vous du Sénior ?
- Si fait, dame Medef. Du fringant, fort encor’
De la viande surchoix, élevée sous la mère,
C’est presque du bio, j’ai même du kasher,
Des mâles, des femelles, à l’unité, en couple
J’en ai des pleins frigos, et c’est pour quelques roubles.

- Il me faut du senior docile et bien formé
Pas des premières mains, mais point trop abîmés,
Pas trop vieux, ayant des besoins alimentaires,
Je veux leur confier des boulots secondaires
Mais je ne veux payer leur savoir, leur fatigue
Qu’avec quelques kopecks, quelques poignées de figues.

- J’ai tout ça en rayon. Pas cher. Charges comprises.
Mon meilleur pourvoyeur, grâce à vous, c’est la crise !
La crise permettant de beaux plans sociaux,
Qui met les travailleurs au niveau des bestiaux,
Pour goinfrer grassement vos amis actionnaires
Car tout licenciement rend la bourse haussière !

- Si fait, sieur Paul Hamploit. Mais on va faire mieux :
Fillon et Heurtefeux vont nous fournir du vieux !
Car à soixante sept ans l’age de la retraite
Pratiquement personne n’obtiendra ses trimestres
Et du coup les pensions, automatiquement
En seront amputées plus que drastiquement !

- Et s’ils veulent manger mieux que dans les poubelles,
Les vieux accepteront, pour emplir l’écuelle
Quels que soient leurs diplômes, quel que soit leur savoir
Des boulots de misère, ou du travail au noir !
Et s’ils crèvent usés, humiliés, fourbus,
Leur mort allègera le trou de la Sécu
Bien fraternellement
Raymond Hottin Didier Collé

Posté par deboutpauvres à 22:03 - Chomage - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire