Debout Les Pauvres

Ensemble formons un collectif citoyenneté afin de réagir au sacage du pays mené par une politique qui oublie que la richesse accumulée par des années de travaux, ne peut se faire sans nous, prenons en main notre destin et refusons l'ineluctable.

04 février 2011

COMBATTRE LES INJUSTICES AVEC OU SANS CARTE

Mes chers (es) camarades

Il y a deux cent trente ans, un groupe d’hommes s’est rassemblé dans une salle qui existe toujours. La salle du jeu de paume à vu 578 députés se rassembler et jurer de ne pas se séparer tant que l’équilibre ne serait pas rétablis dans le royaume. Tant que les Français de toutes catégories sociales ne seraient pas représentés. Tant que les injustices ne seraient pas levées.
Et pourtant des mots sur un parchemin ne suffirent ni à libérer le peuple Français de ses chaînes, ni à donner aux hommes et aux femmes de toutes croyances leurs pleins droits et devoirs de citoyens de France. Il fallait encore que, de génération en génération, les Français s’engagent — en luttant et protestant, dans la rue et dans les assemblées, et en menant une révolution et une campagne de désobéissance civile, pour réduire l’écart entre nos idéaux et la réalité du temps.
C’est l’une des tâches que nous devons nous fixées - continuer la longue marche de ceux qui nous ont précédés - une marche pour une France plus juste, plus égale, plus libre, plus laïque, plus généreuse et plus prospère. Cette conviction vient de cette foi inébranlable en la capacité du peuple Français à bousculer ses gouvernants. N’oublions jamais que lorsque la France se met en colère c’est le monde qui hurle de rage. Tous nos glorieux aînés nous "observent" aujourd’hui et nous devons nous demandés ce que nous avons fait de leur héritage. Qu’avons nous fait pour notre pays ? Cet héritage a gravé au plus profond de nous même l’idée que chaque citoyen de notre Nation ne forme qu’un tout unis et indivisible. Que la justice doit être la même pour tous. Que chaque croyances doit être respectés. L’avenir de la France laïque est entre nos mains.

Trouve-t-on encore un intérêt à lire Jaurès ? Avons-nous encore besoin de lui, de ses explications, de ses analyses et de ses propositions 
Ma publication est destinée à tous les militants ouvriers qui pensent que la gauche est encore une réponse aux questions de l’époque, qui ne pensent pas que le capitalisme est un horizon indépassable, qui par conséquent ne sont pas à la recherche d’un quelconque post-capitalisme, et qui se posent toujours les questions fondamentales du socialisme : quelle unité, comment y parvenir, avec qui, sur quel programme ?

La réponse n'est pas dans des partis de gauche embourgeoisés à l’extrême ou les valeurs populaires n’existent plus  ,ni dans les paroles de certains dirigeants (WALLS ET CONSORT)

C’est parce que nous sommes de gauche et républicain non.pas comme ses dirigeants de pacotille que nous trouvons dans les médias et même plus haut

Nous sommes les enfants de Jaurès,soyons fiers de l'être 

CONTINUONS A COMBATTRE LES INJUSTICES AVEC OU SANS CARTE 

Sans la République, le social est impuissant. Sans le social, la République est vide. » Jaures  moi et vous leurs disons qu’ils préparent une République du vide ? Et que la République a horreur du vide

Vous aurez compris ,quand je parle de cartés ou non.
Je ne mets pas en cause nos syndicats respectifs à qui nous devons rendre hommage 
Cela fait des années qu'ils sont seuls en lutte que ce soit dans le public ou le privé
Sans eux il y a bien longtemps que nous serions sous la dictature du MEDEF et de L’état 
Ils ont su amener  le peuple dans la bataille pour obtenir tous nos acquis qui aujourd'hui  disparaissent peu à peu 
Sans syndicats forts pas de social non plus  
Raymond Hottin - Didier Collé - Bout

 

Posté par deboutpauvres à 12:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire