Debout Les Pauvres

Ensemble formons un collectif citoyenneté afin de réagir au sacage du pays mené par une politique qui oublie que la richesse accumulée par des années de travaux, ne peut se faire sans nous, prenons en main notre destin et refusons l'ineluctable.

18 février 2011

Compte-rendu rapide de la bilatérale Cgt et Medef du 16 février

Chers (es) camarades ceci est le courrier de l'union locale Dunkerque concernant les retraites complémentaires

 Bien fraternellement Raymond Hottin



Compte-rendu rapide de la bilatérale Cgt et Medef du 16 février

vendredi 18 février 2011

Le Medef avait demandé à rencontrer la CGT pour évoquer la suite des négociations ARRCO et AGIRC en cours.

A cette occasion, le Medef a exprimé le souhait que l’accord qui conclura les négociations ne se cantonne pas à la question des paramètres des régimes et comporte des éléments de réponses à la question du déséquilibre des régimes. De son point de vue, il n’est pas question d’augmenter les ressources des régimes, comprenez les cotisations, puisqu’il considère que les prélèvements auxquels sont soumises les entreprises sont déjà trop lourds et grèvent leur compétitivité. On ne connaît que trop ce refrain qui ne résiste pas au fait, rappelé par la délégation CGT, que le montant des dividendes distribués en France atteint des sommets avec un ordre de grandeur de l’ordre de 250 milliard d’euros, soit plus que la totalité des dépenses de retraite en France.

Du point de vue du Medef, le maintien de la retraite sans abattement (assuré aujourd’hui par l’AGFF) et le retour à un éventuel rendement constant des régimes supposent des contreparties, en clair de nouveaux reculs sur les droits des retraités actuels et futurs.

Celles-ci seraient l’alignement sur le régime général de l’âge de la retraite sans abattement qui passerait de 65 à 67 ans, l’alignement par le bas des majorations pour enfants (5 % dans les deux régimes) et ouverture du droit à réversion à 60, voire 62 ans, au lieu de respectivement 55 et 60 ans à l’ARRCO et l’AGIRC. Autre contrepartie évoquée par le Medef, la « convergence » des régimes ARRCO et AGIRC permettrait de réaliser des économies de gestion, mais conduirait à la remise en cause du statut cadre.

La délégation CGT a indiqué qu’elle s’opposait à ces perspectives et à cette logique de contreparties.

- D’abord parce qu’aucune obligation n’était faite aux régimes complémentaires de s’aligner sur les régimes de base. L’âge de la retraite sans abattement peut être maintenu à 65 ans dans les deux régimes ARRCO et AGIRC.

- Ensuite parce que les entreprises avaient les moyens de financer, notamment par le biais d’une augmentation des cotisations, une protection sociale, et donc une retraite, de haut niveau, ainsi que le montre le niveau des dividendes distribués. La CGT a également rappelé que d’autres mesures pouvaient être envisagées, comme par exemple l’élargissement de l’assiette de cotisation à l’intéressement et la participation qui rapporterait immédiatement, selon les services de l’ARRCO et de l’AGIRC, plus de 2 milliards d’euros…

Une fois de plus, il apparaît que le seul élément susceptible de changer la donne et d’entrevoir une issue positive à ces négociations est l’intervention des salariés et des retraités, respectivement au nombre de 18 et 11 millions pour les deux régimes (ces régimes représentent en moyenne 30 à 40 % de la pension totale des non cadres et 60 à 70 % de la pension totale des cadres).

 

Cela conforte l’appel initié par la CGT de rassemblements devant les chambres patronales le 24 février prochain.

Composition de la délégation CGT : Eric AUBIN et Gérard RODRIGUEZ

 

Posté par deboutpauvres à 14:48 - UL CGT DUNKERQUE - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire